Pourquoi domicilier son entreprise au Luxembourg ?

Alors que les fonds d’investissement et les gérants d’actifs rejoignent massivement le Luxembourg depuis plusieurs décennies en raison de sa fiscalité attractive, cette tendance ne cesse de se développer hors du secteur financier. En effet, non seulement des entreprises internationales comme Apple, Skype ou Amazon ont choisi d’implanter leur siège dans le Grand-Duché, mais de nombreux particuliers le considèrent désormais comme le lieu idéal pour monter leur projet. Ainsi, entre atouts et désavantages, qu’en est-il vraiment ?

Les avantages d’être domicilié au Luxembourg

Un gouvernement stable

Monarchie constitutionnelle, le Luxembourg bénéficie d’une grande stabilité. Les remaniements ministériels sont peu fréquents et la politique économique menée par le gouvernement est pérenne.

Le niveau de vie élevé

En outre, les Luxembourgeois jouissent du meilleur niveau de vie en Europe, devant les Norvégiens et les Suisses. Tandis que la rémunération mensuelle minimum oscille entre 2201, 93 € et 2642, 32 € brut, selon si l’employé possède des qualifications ou non, le salaire annuel médian atteint 63 062 dollars. Ce haut niveau de revenus ne cesse de croître et rend la vie dans le pays extrêmement attractive pour les entrepreneurs étrangers. Par ailleurs, l’indexation des rétributions et des prestations sociales sur l’évolution du coût de la vie prévient la diminution du pouvoir d’achat des ménages et favorise la consommation.

Une compétitivité fiscale et sociale

Par sa politique d’investissement dans la recherche et le développement, le gouvernement encourage la création d’entreprises. Le secteur tertiaire et notamment des hautes technologies est très dynamique. Placé au deuxième rang mondial des pays selon leur PIB par habitant, derrière le Qatar, le Grand-Duché propose aux sociétés implantées sur son territoire des conditions particulièrement intéressantes.

Premièrement, les cotisations sociales sont moins élevées qu’en France mais protègent davantage l’assuré contre les risques liés à la vie grâce à une excellente couverture. Deuxièmement, les prélèvements sociaux ne concernent que le salaire et non les autres revenus, qu’ils soient immobiliers ou financiers. Enfin, grâce à des conventions, un accord de non double imposition permet de ne pas payer deux fois de taxes dans le cas où l’entrepreneur résiderait en France et générerait des revenus au Luxembourg. D’un point de vue social, il affiche un taux de chômage très bas, de faibles charges salariales et selon les statistiques environ sept fois moins de journées de grève qu’en France.

Une bonne situation géographique

Pays frontalier avec la France, la Belgique et l’Allemagne, le Luxembourg se situe au centre de l’Europe. Loin de pâtir de sa situation géographique, le Grand-Duché tire sa force de son enclavement lui permettant d’être un véritable carrefour au cœur de l’Espace Economique Européen. Ainsi, ses divers axes de communication et son aéroport facilitent la libre circulation des personnes et des marchandises. D’autre part, sa position limitrophe avec trois Etats, lui permet d’attirer de nombreux travailleurs frontaliers français, allemands et belges qui représentent la moitié de ses salariés.

Des procédures administratives rapides

Afin d’implanter son entreprise au Luxembourg, il est nécessaire de suivre quatre étapes. Il faut tout d’abord faire une demande d’autorisation de commerce, choisir le statut de sa société, l’enregistrer, puis l’immatriculer à la TVA et à la Sécurité Sociale. L’ensemble de ces démarches est généralement accompli en trois mois environ. Un accompagnement spécifique est aussi proposé par la chambre de commerce du Grand-Duché afin de bénéficier de conseils et de faciliter certaines procédures administratives, comme l’obtention d’un prêt bancaire. Des prestataires privés, spécialisés dans les montages financiers et la comptabilité proposent également leurs services aux entrepreneurs peu disponibles.

Un régime fiscal et social intéressant

Le statut d’indépendant est le plus plébiscité par les entrepreneurs pour démarrer leur activité. Ce régime est assez avantageux. L’Etat lui octroie les mêmes droits sociaux que les salariés, concernant les congés maternité et parental et la pension de vieillesse, en échange de cotisations aux assurances via le CCSS, le Centre Commun de la Sécurité Sociale. Toutefois, certaines conditions sont à remplir. Tandis que pour obtenir le droit à l’allocation chômage, six mois d’activité sont nécessaires, l’attribution d’une retraite requiert dix ans de travail sur le territoire. De plus, le taux d’imposition sur les sociétés est assez bas, à hauteur de 24, 94 %, au regard de celui appliqué en France, oscillant entre 26, 5 % et 28 %. L’impôt sur le revenu est, quant à lui, compris entre 20 % et 21 % depuis les réformes de 2002.

Une population internationale

Riche de ses habitants cosmopolites, le Luxembourg dispose d’une main-d’œuvre plurilingue et qualifiée, particulièrement appréciée des entreprises internationales et individuelle. L’attraction qu’il exerce sur les travailleurs étrangers, qui représentent près de la moitié de sa population, lui permet d’ailleurs de se classer en dixième position parmi 125 pays. Si sa langue officielle est le luxembourgeois depuis 1984, le français et l’allemand sont des langues également reconnues. L’anglais et le hollandais sont aussi couramment parlés.

Les inconvénients

Un marché difficile à pénétrer

Le marché du Grand-Duché étant extrêmement concurrentiel, il est difficile de s’y faire une place rapidement. Il est donc primordial de ne pas compter sur une croissance fulgurante les premières années et de posséder suffisamment de fonds personnels pour assurer un démarrage d’activité progressif.

Peu de statuts proposés

Par ailleurs, les formes juridiques sont peu variées. Ainsi, outre le statut d’indépendant, un entrepreneur aura le choix entre la SARL, la SARLU et la SA. L’implantation de ces sociétés ne fera l’objet d’aucune aide de la part de l’Etat luxembourgeois et devra être accompagnée d’un capital social d’un montant minimum de 12 000 € pour la Société à Responsabilité Limitée et de 30 000 € pour la Société Anonyme. L’ouverture d’un compte bancaire ainsi que l’établissement de bureaux physiques sont exigés par l’Etat.

Une adaptation aux conditions de travail luxembourgeoises

Avant de monter sa société au Luxembourg, il convient de bien se renseigner au sujet des droits sociaux des employés, différents de ceux des citoyens français. En effet, les Luxembourgeois travaillent quarante heures par semaine, soit huit heures par jour et sont davantage rétribués.

Des loyers élevés

Le marché de l’immobilier est extrêmement tendu au Luxembourg. La demande étant plus importante que l’offre, le prix au m² s’envole depuis quelques années, notamment dans les centres-villes et dans la capitale. Il est donc conseillé de privilégier les zones moins onéreuses en banlieue pour s’installer dans un premier temps. En outre, si le logement s’avère le poste de dépenses le plus important pour les ménages, les frais de transport et le budget consacré à l’alimentation sont en hausse. En effet, le coût de la vie est plus élevé de 15 % dans le Grand-Duché.

Ainsi, le Luxembourg semble être le lieu idéal pour tenter une aventure entrepreneuriale en raison de sa fiscalité avantageuse et de sa qualité de vie. Toutefois, le projet doit être mûrement réfléchi avant d’être mené à bien afin d’éviter les faux-pas.

Les derniers articles